Retour Orpheon Expos

<<< La famille des violons : Instruments autrichiens et allemands >>>

Collection Orpheon à Rambouillet (2004)

MENU : glisser la souris pour cliquer sur images ou textes ! click on text and pictures !

Double basse de Jan Udalricus Eberle, Prague, 1750

Florian Heyerick

inauguration

 

Instruments autrichiens: Tyrol, Vienne, Prague

L’Empire d’Autriche apporta plusieurs familles de luthiers éminents fabriquant des violons depuis le début de la profession. Le plus célèbre, Jakob Stainer, dont le style domina toute la Période Baroque, devint le maître le plus copié de tous les temps. Ses successeurs se retrouvent en Italie (Bologne, Florence, Venise, Rome), au Tyrol (Innsbrück, Bolzano), en Allemagne, en Hollande, Angleterre etc.
Contrairement aux violons allemands, qui produisent généralement un son perçant et dur, les violons autrichiens possèdent de très agréables qualités qui s’harmonisent bien avec les autres instruments : ils ont du charme, de la chaleur et du “gras” le choix du bois est toujours excellent dans ces instruments viennois.

Les Instruments Tyroliens

Violon de Matthias Albanus, Bozen, vers 1680*
Ce maître vécut longtemps et son style subit plusieurs changements à partir des modèles de base de Stainer et Amati. Son fils, Michael, s’installa à Graz (voir viole de la salle 1).
Le violon possède l’une des plus belles têtes de la collection, un magnifique dos sculpté, un vernis rougeâtre craquelé, signes typiques de ce maître.
• Violon de Joannes Jais, Bozen, 1774
Comme Mathias Albanus, Johann Jais (1752-1781) travailla à Bozen, ville du Tyrol sur le versant sud des Alpes, actuellement en Italie. Son travail montre beaucoup des caractéristiques de l’Ecole Tyrolienne, qui était à ce moment très influencée par les italiens.
La sélection très soigneuse des bois est typique de cette école : très bel hazel spruce pour la table, et érable noueux pour le dos et les éclisses (non présenté ici mais visible sur le site internet !)

The Leidolff Family

• Nikolas Leidolff*
Pater patriae.
Grand violoncelle de 1690, ayant conservé les dimensions du 17ème siècle. Une irrésistiblement belle basse de viole * avec une tête de faune (remarquez les feuilles à la place des cheveux) et une très belle rosette. Le formidable alto avec la marque de son fils, Johann Christoph peut-être de Nikolas.
Johann Christoph Leidolff
Il y a quatre violons, un alto *(peut-être du père) et un violoncelle. Deux des violons présentés sont de véritables jumeaux – même année, même construction. On retiendra son manche original avec sa touche. Une viole d’amour dans ses conditions d’origine est présentée dans la salle 2.
• Joseph Ferdinand Leidolff
Seulement un violon dans la collection (non présenté car utilisé en Suisse).

La famille Thir

Johann Georg Thir
Un maître vraiment remarquable, à en juger par le violon*, l’alto, le violoncelle et la fabuleuse contrebasse à 5 cordes*.
Ce dernier instrument a du être commandé par la Cour Impériale ou par une personnalité très riche, comme le Prince Esterhazy ou le Duc Lobkowitz, car le bois est d’une qualité sans précédent pour une contrebasse - une telle qualité étant habituellement réservée aux violons et violoncelles. Nous l’avons surnommée Bassus luxurians .
Matthias Thir
Habile artisan, bien que n’égalant pas son père.
L’alto est en parfait état de conservation, dans son état d’origine, y compris les chevilles !

La famille Stadlmann

Cette famille avait le monopole des bois destinés à la facture d’instruments pour tout l’Empire des Habsburg, ce qui signifie qu’elle conservait les meilleurs bois pour son propre usage.
• Johann Joseph Stadlmann
Fils de Daniel Achatius (Pater patriae), J.J. était un artisan doué, comme le montrent le violon et la viole présentés ici, avec comme attendu un choix de bois particulièrement bon!
Michael Ignaz Stadlmann
Représenté par un très bon violoncelle.
• Violon par Jacobus Koldiz (Rumburgue, 1751)
Ce violon a été indépendamment attribué à l’école de Mantua par trois experts différents.
• Violoncelle de Anton Posch (voir salle 2)
• Double basse de Jan Udalricus Eberle, Prague, 1750*
Cette magnifique double basse a conservé ses conditions d’origine. Elle possède une puissance incroyable, un son riche et plein, qui métamorphose complètement la totalité de l’orchestre baroque ; l’expérience en vaut la peine, croyez-le !

Les Instruments Allemands

Deux écoles principales : Mittenwald et Füssen.

La famille Kloz

Violons de Aeguidius I, Aeguidius II et Sebastian Kloz
• Violon de Leopold Widhalm
Dans un état particulièrement bon de conservation, y compris la plupart de son vernis rouge.

Autres

• Alto de William Smith, Sheffields, vers 1780
Dans un parfait état de conservation, ayant conservé ses dimensions d’origine.

contrebasse à 5 cordes* Joêl Pontet José Vazquez
Les Festes de Thalie : 19, rue de l'Eglise - F- 78 770 Thoiry -+33 1 34 87 48 37