Retour Orpheon Expos
<<< La Viole de gambe dans la Musique de consort - Collection Orpheon à Rambouillet (2004) >>>
MENU : glisser la souris pour cliquer sur images ou textes ! click on text and pictures !

La viole de gambe n’est pas l’ancêtre du violon, mais constitue une famille d’instruments totalement différente.
Apparue à Valencia vers 1470, elle fut en vogue jusqu’à la révolution française, bien que certains en jouèrent encore jusque vers 1800. Contrairement au violon dont la forme fut déjà standardisée dès le milieu du 16ème siècle, il existe une grande variété de formes de violes de gambe, sans qu’aucun instrument n’ait jamais atteint la qualité de modèle standard
En vérité les différences de principes de fabrication entre 1480 et 1780 ont engendré de remarquables différences de résultats acoustiques, de sorte qu’on ne peut pas parler de « la » viole de gambe. Une viole italienne de la Renaissance n’a presque rien à voir avec disons une viole anglaise Tudor ou une viole française servant sa Majesté à Versailles. Chaque instrument doit donc être examiné individuellement. Mais c’est justement ce qui donne son attrait à cette famille aux multiples facettes que vous allez découvrir ici.
La viole était à proprement parler un instrument aristocratique dont l’étude faisait partie de l’éducation artistique d’un gentleman, au même titre que le luth, le clavecin, le chant Elle était utilisée principalement dans la musique sérieuse, dans les milieux éduqués, contrairement au violon, qui n’était employé à ses débuts que par des musiciens professionnels et des ménestrels pour la danse et les divertissements.

Un Consort de violes de gambe anglaises (London: 1620 - 1687)

A la Renaissance, tous les instruments étaient construits par familles, représentant les tessitures de la voix humaines : soprano, alto, ténor et basse. Le consort de violes était constitué de plusieurs tailles d’instruments, les dessus, ténors et basses étant les plus courants. Bien que la littérature de consort comprenne des pièces pour 2 à 7 joueurs, la combinaison de deux dessus, deux ténors et deux basses formaient un « assortiment de violes » qui auraient idéalement dû être fabriquées par le même luthier. En raison de ses accents délicats, riches et finement nuancés, la viole était employée de préférence dans les polyphonies, soit combinée à d’autres voix (motets, madrigaux, chansons) ou dans des formes instrumentales
La viole a principalement été employée pour la polyphonie : d’une part en relation avec les voix (motets, chansons, madrigaux), d’autre part dans des formes instrumentales dérivant de modèles vocaux (Ricercare, Canzona, Tiento et Fantasia)
Les maîtres anglais – Byrd, Ferrabosco, Gibbons, Coperario, Lawes, Purcell – trouvèrent dans la fantaisie contrapontique la forme par excellence dans laquelle exprimer les pensées les plus érudites, et la poésie la plus sublime. Par respect pour leur mérite artistique ces œuvres peuvent non seulement être comparées aux chef-d’œuvres de la poésie et de l’art dramatique de leurs contemporains anglais, mais aussi aux chef d’œuvre de la musique de chambre de toutes les périodes. Ainsi lorsque Mersenne souhaite montrer quel style de musique convient le mieux à la viole, il choisit d’imprimer une fantaisie à six parties de Alfonso Ferrabosco!

Les Festes de Thalie : 19, rue de l'Eglise - F- 78 770 Thoiry -+33 1 34 87 48 37