Marin Marais et son époque

MENU : glisser la souris pour cliquer sur images ou textes ! click on text and pictures !

Marin Marais et son époque : les fondements de l'interprétation sa musique

I. Informations bibliographiques
II. La Viole de gambe en France: 1600–1680Mersenne – Remarques au sujet de la construction des violes françaises – Influence de la littérature anglaise soliste et de la littérature de consort : Les Anglais dans les Flandres – L'état des Arts en Allemagne et en Hollande : Finger, Schenck, Steffkins, Höffler, Kühnel, Nicolai, Gabriel Schütz, Funck – Musique française de consort : Eustache Du Caurroy, Estienne DuMont, Moulinié, Charpentier – La cristallisation de la Suite française : traditions du luth et du clavecin – Œuvres embryonnaires pour la viole seule : Hotman, Du Buisson, De Machy – Les «concerts» du Sieur de Sainte Colombe.
III. Les traités : Danoville (1685), Rousseau (1687), De Machy (1685), Loullié (vers. 1700) – Les différents styles de jeu : Solo, basse continue, pièces d'harmonie, pièces de mélodie, divisions improvisées
IV. La controverse : jeu de mélodie, jeu d'harmonie – Hotman, De Machy
V. La suite de pièces – histoire de la forme – Du Buisson, De Machy – Marais – les autres violistes
VI. Les types de mouvements – Prélude, Fantaisie, Caprice, Boutade, Bourrasque – Allemande, Double – CouranteSarabandeGigue – Autres danses : Menuet, Gavotte, Rondeau, Chaconne – «Pièces de caractère» – Pièces de genre – La «Sonate»
VII. Ornementation écrite, ornementation libre
VIII. Les sept «coups d'archet» et les règles rhétoriques du chant – Les " annotations secrètes " dans un des livres de Marais
IX. Tempo en France: 1690 – 1738
X. Le style français à l'étranger

A commander sur ce site :

Le Tableau de l'Opération de la Taille & autres Pièces pour la Viole (octobre 2006)

tête de par-dessus de viole (collection Orpheon)

CD concert ( juin 2001)

 

retour

"On peut dire que Marais a porté la viole à son plus haut degré de perfection". Ainsi Evrard Tition du Tillet s'exprimait-t-il dans le Parnasse français en 1732 en présentant la vie de Marin Marais (1656-1728), ce compositeur et interprète extrêmement doué qui nous a laissé la plus grande quantité de musique française pour la viole de gambe.

Marais étudia la viole pendant six mois avec le Sieur de Sainte Colombe, probablement le professeur de viole le plus réputé de Paris. Il étudia également la composition avec Jean-Baptiste Lully, qui lui accorda le privilège unique de diriger l'orchestre de l'opéra à sa place. Les cinq volumes de Pièces de Viole qu'il publia entre 1686 et 1725 renferment principalement des suites de danses pour une, deux ou trois violes avec basse continue, mélangées à des pièces de caractère, plus descriptives. Inspiration poétique, mélodie finement organisée, et avant tout bonne grâce caractérisent son style.

En 1686, Marin Marais (1656-1728), alors âgé de 30 ans, se présenta à l'exigeant public parisien à travers son révolutionnaire Premier Livre de Pièces à une et deux violes, non pas comme un jeune talent, mais comme un éminent artiste reconnu par ses succès .En raison de ses traits imposants (la partie de viole solo remplit à elle seule 150 pages), du soin méticuleux des indications relatives au jeu (ornements, coups d'archet, doigtés etc.…) de la perfection esthétique de la gravure réalisée par M Bonneüil (graveur à Paris) , mais par-dessus tout de la profondeur de l'expression du langage musical personnel de Marais, qui exprime aussi parfaitement les drames que les émotions les plus sublimes, ce volume magnifique réduisait à des ombres fluettes toutes les compositions de ses contemporains. Il établit un modèle qui ne devait jamais être égalé ni sérieusement remis en question dans les époques à venir. Les élégantes compositions d'un Du Buisson, auquel on ne peut dénier le rôle éminent dans le développement de la Suite française, manquent de l'inspiration sans laquelle ces œuvres ne peuvent rester rien de plus que des divertissements agréables mais insignifiants.

L'essai de composition informe que son contemporain prétentieux le Sieur De Machy publia en 1685 présente un contenu d'une faiblesse expressive regrettable, malgré le fait que sa longue préface contient en vérité des informations considérables sur la pratique instrumentale de l'époque, et en particulier sur celle de la viole. Même les "concerts a deux violles" de son Maître Sainte Colombe, par endroit imprégnées d'une pincée de poésie, mais révélant le plus généralement de graves erreurs de composition, paraissent pâles à côté des mélodies exquisément ciselées et de la noblesse des basses de son élève surdoué.

La cristallisation de l’art poétique de Marin Marais trouve sa source dans l’art sublimement expressif des compositions pour clavecin de Louis Couperin, véritable nec plus ultra de son époque. Marais l’avait découvert grâce à un noble parisien qui, entendant ce jeune garçon de 10 ans chanter en s'accompagnant à la viole, avait parrainé ses études dans la capitale. Elle trouve sa source aussi dans la diction théâtrale hautement cultivée des Molière et des Racine aussi bien que dans le langage musical de la "tragédie lyrique", sommet de perfection forgé par le Commissaire Général de toute la Musique française, Jean Baptiste Lully , son origine, sa « Fontaine de Pégase » celui qui en quelque sorte en a fait toute sa noblesse.

José Vázquez

Marais a fait graver cinq Livres de Pièces de Viole en 1686, 1701, 1711, 1717 et 1725.

Retour

France-Orpheon: 19, rue de l'Eglise -78 770 Thoiry - France - Tél: +33 1 34 87 48 37 - Email